Une dame, 85 ans. Elle a cessé de parler avant son hospitalisation. Elle a toujours bon apétit et marche beaucoup avec le risque de chuter lors de ses déambulations. 

Les séances de musicothérapie auront lieu au moment de la sieste en début d'après-midi. Je chante. Elle manifeste son agacement par des mouvements. Je lui propose alors de l'écoute musicale : musique classique, rythme plutôt lent. Je suis en contact physique avec elle par le biais de la main. Ce contact me permet de ressentir sa détente progressive à l'écoute de la musique. Elle me regarde parfois, de manière soutenue ou pas.

A plusieurs reprises, alors que je lui parle, me trouvant dans son champ de vision, elle émet des sons de gorge. Elle le fera aussi avec l'aide-soignante référente, le lendemain d'une de mes visites. 

De plus, des larmes apparaissent, démontrant à qui en douterait, qu'elle exprime ses émotions. "Pleurez sur la musique, c'est mettre un début de parole, c'est ce que nos patients nous ont appris" écrit Dominique Perrouault.